Pas de panique chez Pili et Jean-Pierre

Voir l'émission :

 

 

 

Pas de panique chez Pili et Jean-Pierre

Les bacs en bois sont mis en place, sur l’un d’entre eux Stéphane fixe des roulettes, il pourra aller et venir devant le barbecue et le rendre plus discret lorsqu’il ne sert pas.
Il installe une réserve d’eau dans le drainage « terreau et terre de bruyère » pour cet érable du Japon. Jean-pierre déterre un vestige de Laurier fleur.
Les arbustes sont plantés et installés. Leur pied sont garnis de quelques plantes vivaces à la floraison généreuse.
Stéphane et Pili plantent un jasmin étoilé, le fameux trachelospermum, puis le déploient soigneusement avant de l’enlacer sur le treillage.
Jean-Pierre plante d’autres grimpantes : clématites, solanum jasminoides, autant de promesses pour habiller la pierre.

 

Aussitôt planté, aussitôt taillé. Trois pittosporums tenuifolium, avec chacun des feuillages différents, prennent place. Stéphane s’est rarement risqué à jouer avec autant de couleurs, de feuillages aussi forts.

 

De belles poteries festonnées enrichiront la pierre et le bois. Elles sont plantées d’un hydrangea paniculata, et d’un mahonia sweet-caress qui a oublié d’avoir des feuilles piquantes. Encore quelques fleurs en bordure, puis Jean-Pierre répand des écorces de fève de cacao au pied des plantes, quelques lanternes, un candélabre de château hollywoodien et c’est terminé.

 

Repartir à zéro, lorsque-ce qui avait été mis en place huit ans auparavant a disparu, n’est effectivement ni facile ni stimulant. C’est en premier lieu le rôle de Stéphane de rapporter de l’envie mais aussi et surtout de nouvelles idées, afin que ce patio soit différent du précédent. Plus rigoureux dans la structure, avec ce rythme de treillages verticaux, mais aussi plus risqué sur les couleurs, en jouant tous ces feuillages incroyables. Un endroit où passer de bons moments.