En période d’alerte aux pollens, on crée un jardin hypoallergénique

 

De mars à Août, les allergies aux pollens battent leur plein : les yeux grattent, le nez coule, le cauchemar commence dès la fin de l’hiver pour les personnes allergiques. Et si le jardin devenait un allié en cette période d’alerte aux pollens ? Pour concilier allergies et jardinage, voici quelques préceptes de base.

 

Plantez une haie champêtre

Les pollens des principales espèces allergènes sont véhiculés par le vent. Planter une haie, en sélectionnant soigneusement les espèces pour leur innocuité, permettra de vous protéger du vent chargé en pollens. Une haie de lauriers tin, de cornouillers ou d'eleagnus, peut constituer un excellent rempart anti-allergique. La haie devra mesurer environ 2 mètres de haut, et être plantée perpendiculairement aux vents dominants. En créant cette barrière naturelle brise-vent autour de votre jardin, vous transformerez ce dernier en zone protectrice contre les pollens de graminées, bouleaux, ou pin des landes extérieurs.

 

Privilégiez les jardins minéraux ou "à la Française"

Les jardins minéraux sont les plus adaptés en cas d’allergie au pollen. L’alternance de zones minérales (allées de galets, graviers, paillage minéral…) et de zones végétalisées et humides limite la quantité de pollens, et retient ceux qui ont été transportés par le vent. Les plantes utilisées dans ce type de jardin sont peu allergisantes : bambous, érables du japon ou azalées.

Les jardins à la française sont également intéressants par les variétés d’arbustes de haies qui y sont plantées : charmes, buis, ifs sont peu problématiques pour les personnes allergiques.

 panoramique le lude pour le site

 

Limitez la prolifération des graminées et tondez votre gazon

Les graminées regroupent ces herbes qui envahissent parfois nos jardins, mais aussi les céréales, les herbes folles, le foin, ou simplement votre gazon ! Proscrivez donc les « prairies sauvages » fauchées une fois par an et ne laissez pas votre gazon monter à graine. Tondez de préférence après la pluie, quand l’herbe est en train de sécher, pour limiter le brassage du pollen accumulé au sol. Les tondeuses hélicoidales mécaniques sont idéales car elles ne brassent pas violemment l’air rempli de pollen.

 

 

L’arrosage automatique : effet inattendu

Pour plaquer le pollen au sol et rincer les feuillages, rien de tel qu’un arrosage automatique journalier !

 

 

En cas d'allergie, surveillez la météo avant de jardiner

Le matin est le moment idéal pour jardiner, car la rosée limite le transport des pollens. Vous pouvez également sortir au jardin après la pluie, qui lessive et colle les pollens au sol.


Evitez le jardinage par temps nuageux, venteux ou orageux, car ce sont des moments où tous les pollens se concentrent à quelques mètres du sol à cause de la pression atmosphérique et des tourbillons de vent. Pour repérer ces moments, observez les hirondelles qui volent bas : les insectes qu’elles chassent se rapprochent du sol comme le pollen avant la pluie.


Porter des lunettes et un foulard devant le nez, se laver les mains et le visage plusieurs fois par jours, ou humidifier et brosser ses cheveux le soir, aide également à lutter contre les méfaits des pollens en cas d’allergie.

 

 

Sélectionnez des plantes peu allergisantes pour créer votre jardin

Choisissez vos plantes en fonction de votre degré d’allergie et sachez repérer celles qui sont sans danger pour vous.

 

Les plantes aromatiques sont peu allergisantes : lavande, romarin, sauge, menthe, ciboulette.

En ce qui concerne les arbres, les érables, hêtres, peupliers, mûriers, châtaigniers, tilleuls, ormes, et thuyas, ne représentent pas de danger particulier.

 

Si vous êtes peu allergique, vous pouvez planter des arbres à pouvoir allergisant moyen : aulnes, charmes, frênes, troènes.

 

En revanche, les bouleaux, noisetiers, cyprès, platanes, et chênes sont à proscrire en cas d'allergie au pollen.

 

 

AstuceCoachUne autre question sur le sujet ? Contactez notre coach !