Nos sélections « Pas de panique » de l’émission

Pas de panique chez Hélène

Elle n’a pas encore emménagé et se demande déjà comment s’approprier ce jardin créé par l’ancienne propriétaire.

En savoir plus >

Pas de panique chez Pili et Jean-Pierre

Une petite cour ceinte de murs, le climat de Bordeaux, une folle envie de végétaux !
Stéphane est à bordeaux, il se perd dans les rues et va de surprises en surprises tant cette pierre se prête bien à la taille. Quelques vestiges romains achèvent de l’épater, avant qu’il n’accélère le pas pour retrouver Pili et Jean-Pierre.

En savoir plus >

Pas de panique chez Mathieu et Marion

Un jardin tout en profondeur et un grillage long comme la muraille de Chine, qu’il faut rendre moins présent.
Baignade interdite, au moins nous aurons échappé au spectacle de Stéphane en maillot, avec sa bouée à tête de canard. La partie de pêche, si elle n’a rien de convaincant, nous semble plus raisonnable. C’est le moment de filer chez Mathieu et Marion qui eux sauront exploiter les véritables talents de Stéphane.

En savoir plus >

Pas de panique chez Pauline

Au fond du jardin qui n’en est pas encore un, il faut créer un lieu de convivialité, de repos ainsi qu’un coin lounge.

En savoir plus >

Pas de panique chez Antoine

Une terrasse avec une vue imprenable sur Paris. Tout est là, le mobilier, les pots, le terreau sauf les plantes. Antoine est pétrifié.
C’est un matin ordinaire, un matin parisien, luisant, pas folichon. Stéphane ne s’en tient pas à cela, il faut se mettre en jambe, et tordre le cou à la grisaille. Passer au-dessus des nuages et courir chez Antoine qui l’attend sur sa terrasse, là-haut au sommet des immeubles.

En savoir plus >

Pas de panique chez Stéphane

Un balcon plein nord voudrait s’inventer une histoire de forêt luxuriante.

Ce n’est pas encore parti, loin de se prendre pour un canari, Stéphane est encore au ralenti. Ce n’est pas pour autant panique sur la ville, après un léger vertige à l’aplomb des tours, il est temps cette fois, de se mettre en jambe, de mélanger la samba, la rumba et le n’importe quoi, avant de reprendre son chemin vers le balcon de Stéphane, qui sans être frappé par une malédiction, refuse de voir pousser la forêt luxuriante tant rêvée.

En savoir plus >